12/19/2007

Perdre ses clés pour perdre la peur


Si vous habitez au Québec ou ailleurs dans l’est du Canada, j’espère que le déneigement se passe bien chez vous et que votre dos se porte bien. Quel hiver en perspective!

Le Grand Hibou Blond et moi habitons dans un appartement et n’avons ainsi que deux balcons à déneiger. Je ne suis donc pas à plaindre, d’autant plus que c’est le Hibou qui pelte la neige. Mais hier, j’ai quand même souffert du froid et des trottoirs enneigés. En voulant rentrer chez moi après une journée de travail, je me suis aperçue que j’avais oublié les clés dans la maison. Le Grand Hibou Blond ne devant rentrer du travail que tard le soir, il m’a fallu marcher dans le froid et la neige vers la rue commerciale la plus proche pour manger et me réchauffer.

Quelle heureuse malchance! Déconfite et fatiguée, je suis entrée dans le premier restaurant rencontré sur mon chemin. Un simple café que j’avais souvent croisé et qui ne me disait rien. Erreur… En y entrant, j’ai trouvé un endroit chaleureux et accueillant et, comble de bonheur, décoré avec plein de livres! J’ai commandé un repas, un bon verre de rouge et ai pris un livre au hasard sur l’étagère derrière moi. Le bon petit diable de la Comtesse de Ségur dont j’ai lu quelques chapitres. Au bout d’un moment, un peu enivrée, j’ai cessé ma lecture et me suis mise à observer les gens autour de moi. Non, pas les gens. L’ensemble. Je me suis fondue parmi l’ensemble dans une délectable rêverie, contentée par ce moment de solitude. Et ravie de savoir que plus tard, quelqu’un m’attendrait à la maison.

Et ce matin, j’ai pensé à ceci : pendant des années, j’ai détesté m’asseoir seule dans un café car personne ne m’attendait à la maison. Si j’avais eu confiance, si j’avais eu la certitude qu’un jour, je rencontrerais un beau hibou blond, je me serais alors tout autant délectée de ma solitude que j’ai pu le faire hier soir. J’ai perdu du temps à me torturer inutilement. Ça ne sert donc à rien de toujours s’inquiéter pour demain… ça suffit, je ne me torture plus pour les jours à venir. Perdre ses clés pour perdre la peur, comme c'est drôle.

2 commentaires:

Miss Lulu a dit...

oh comme je connais ce syndrome tout bête du : pas seule au resto, non non non.

Annick ~ Boo a dit...

J'ai ADORÉ cette vignette de ta vie... et je pouvais vraiment t'imaginer regardant tout autour avec ton regard analytique. Je suis heureuse pour toi, ma belle chouette, que tu aies enfin trouvé le hibou pour partager ta branche.

À bientôt, j'espère!